Reconstruction mammaire par prothèse

C’est la méthode la plus simple lorsque la peau thoracique est de bonne qualité et en quantité suffisante. Les prothèses préremplies de gel ont été interdites pendant une dizaine d'années car on leur attribuait l'apparition de maladies du système immunitaire. Depuis, de nombreuses études scientifiques ont été réalisées et aucune n'a montré de relation de cause à effet entre la mise en place de ces prothèses et les maladies immunitaires.
Depuis 2001 la plupart des plasticens n'utilisent que les prothèses préremplies de gel :

  • elles ont une consistance beaucoup plus naturelle que les prothèses gonflables,

  • elles n'ont pas l'inconvénient de pouvoir se dégonfler ce qui survenait dans environ 20% des cas, en moyenne 5 à 10 ans après l'intervention,

  • elles offrent, pour les prothèses anatomiques, un choix beaucoup plus important en termes de largeur, hauteur, projection du sein recontruit ce qui permet au plasticien de trouver le meilleur compromis possible avec les dimensions du sein controlatéral.

 

Le premier temps opératoire consiste à reconstruire le sein et à symétriser le sein controlatéral.

Le deuxième temps est réalisé 3 mois après :

 

  • si la symétrie de forme et de volume est correcte , on peut se permettre de reconstruire l'aréole et le mamelon,

  • s'il est nécessaire de perfectionner la qualité du résultat , il est préférable de ne reconstruire la plaque aréolo-mamelonnaire que dans un troisième temps.

 

Fiche d'information : reconstruction du sein par prothèse

>> Pour en savoir plus téléchargez la fiche d'information sur le site de la Société Française de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique (SoFCPRE)

Retour

Auteur : Docteur Perrot Bassoul - Dernière mise à jour de cette page : 07/12/2011

Télécharger la fiche d'information destinée aux femmes avant la pose d'implant mammaire – reconstruction mammaire

pdf Information-patientes-reconstruction-VDEF.pdf
Télécharger la fiche d'information destinée aux femmes avant la pose d'implant mammaire – reconstruction mammaire


Il s'agit du dernier document rédigé conjointement par la DGS (Direction Générale de la Santé), l'ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé), la HAS (Haute Autorité de Santé), l'InCA (Institut National du Cancer) et la SOFCPRE (Société Française de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique).